L’interphone ne fonctionne toujours pas, Partie 2 – Pierre-Etienne BRAM

couv68044358

Titre : L’interphone ne fonctionne toujours pas, Partie 2
Auteur : Pierre-Etienne BRAM
Éditeur : Rebelle Éditions
Genre : Comédie sentimentale / Autobiographie
Date de parution : 20 juin 2017
Nombre de pages : 260
Format : Broché et E-book
Prix : 17.50€ en broché / 4.99€ en E-book

____capture

_

Résumé :

« Hola je m’appelle Celia ». Il y a 300 jours, déjà, c’est avec ces mots que j’étais tombé sous le charme de cette belle Argentine, rencontrée sur Meetic. Sa voix n’avait fait que confirmer mon attirance pour elle. Pourtant, nous ne nous étions toujours pas rencontré… J’avais commencé à douter sérieusement de la réalité de son existence vu qu’aucun de nos rdv IRL n’avaient abouti. « Elle est bien réelle et belle comme sur ses photos » m’avait rassuré Caroline, une amie qui, avec son mari, l’avaient rencontrée. Comment expliquer alors son refus perpétuel de concrétiser notre amour ? Tant d’énergie et de temps peut-être perdu, je désespérais de la tenir un jour dans mes bras. Mais en persévérant, on arrive à tout.


_
Mon avis :

Je remercie Pierre-Etienne pour l’envoi de son livre et de sa confiance.

Voici maintenant presque 1 an que la belle Célia joue avec les nerfs et le cœur de notre narrateur, cet homme si amoureux, patient et passionné. Après avoir touché son rêve du bout des doigts plus d’une fois, nous le retrouvons plus tendu que jamais par cette situation de plus en plus difficile à vivre pour lui. Si loin et pourtant si proches, ils vont se rencontrer maintenant, il en est convaincu, ce n’est plus possible d’envisager le contraire. Et pourtant, il n’est pas au bout de nos peines, et nous non plus.

La sublime Célia est fidèle a elle-même, elle est détestable et se montre, on ne peut plus adorable peu de temps après. Comment ne pas lui pardonner tous ses travers avec sa voix envoûtante et ses mots doux ? Elle sait y faire et ne manque pas d’en profiter toujours plus. J’ai eu envie de la frapper à de nombreuses reprises, je l’avoue, mais j’avais aussi terriblement envie de la croire. Croire que la vie ne lui laissait aucun répit, que la chance n’était jamais de son côté et qu’elle était trop gentille pour penser à elle avant de penser aux autres. Plus c’est gros, plus on y croit comme on dit. C’est un des personnages les plus complexes à qui j’ai eu à faire depuis que je suis une lectrice acharné. Elle est tellement magnétique, que même moi, je ne pouvais me résoudre à la laisser tomber, malgré le mal qu’elle nous inflige.
Même après des centaines de rendez-vous ratés, le narrateur ne perd pas espoir, il veut croire que sa rencontre avec Célia est toujours possible. Malgré les recommandations de ses amis et de sa famille, il n’abandonnera pas maintenant, pas si près du but. Il ne veut pas avoir vécu tout cela pour rien. Personnellement, je l’ai encouragé dans ce sens, après tant de lapins, de non-dits et d’excuses bidons, leur rencontre ne pouvait être que merveilleuse. Je voulais la lire, la vivre, persuadé que la magie de cet instant me donnerait l’impression, une fois de plus, d’être dans des montagnes russes émotionnelles. J’ai croisé les doigts pour que cette rencontre arrive vite, craignant pour la santé mentale du personnage masculin. Quoi de plus normal que de devenir fou après toutes les épreuves qu’il a dû traverser pour les beaux yeux de la femme de ses rêves ? Au fil des pages, il est devenu méconnaissable, froid, méchant avec sa famille et ses amis, notamment la pauvre Caroline qui en a pris pour son grade alors que depuis le début, elle était là pour lui et pour le soutenir. Soeurette, qui s’est fait raccrocher au nez alors qu’elle essayait simplement de le résonner. L’amour rend fou et aveugle, si vous en doutez encore, lisez cette histoire !

J’ai commencé la seconde et dernière partie de L’interphone ne fonctionne toujours pas avec envie et curiosité. En effet, la fin du premier tome m’avait laissé sur ma faim et avec le besoin de connaître le dernier mot de cette histoire incroyable. Et maintenant que c’est chose fait, je peux vous dire que quelques jours après, je suis toujours choquée. Cette histoire et digne d’un film à suspens tant l’attente et les espoirs sont interminables. Nous découvrons enfin ce que Célia prenait tant soin de cacher à son amoureux et finalement, nous pouvons en conclure que les rencontres sur Internet ne sont pas si mauvaises que ça. Au contraire, elles peuvent apporter leurs lots de surprises et de révélations. Comme quoi, il ressort beaucoup de positif de cette histoire pour le narrateur, mais aussi pour nous. Elle nous fait également prendre conscience qu’il ne faut pas toujours se fier aux apparences. La vie nous réserve parfois des surprises, des bonnes, comme des mauvaises. Il suffit parfois de peu de choses pour ouvrir les yeux et se rendre compte que la vérité n’était pas loin.
Le texte est principalement composé de mails, de chat, de retranscription de conversations téléphoniques, beaucoup de dialogue donc, ce qui permet de mieux s’imprégner de ce journal intime. L’impression d’entrer dans la vie d’un inconnu est plus que jamais présente, mais comme pour le premier tome, ce côté « voyeurisme » ne me dérange pas du tout, c’est même, le but d’écrire une histoire auto-biographique ! Je ne remercierai jamais assez l’auteur pour m’avoir fait passer par tout un tas d’émotions, parce que oui des sentiments, vous allez en ressentir et plus d’un ! L’espoir, la frustration et la colère prennent le dessus, pour nous livrer une histoire prenante, addictive même. Les pages se tournent toutes seules, l’écriture est fluide, simple et les rebondissements toujours au rendez-vous (EUX ! ahah).
« Il n’y a pas de hasard. Il n’y a que des rendez-vous. » Eh bien moi, je vous propose de prendre rendez-vous avec cette saga qui saura vous surprendre autant qu’elle vous attendrira, de vivre cette relation hors du commun par procuration et de terminer ébahi devant cette fin incroyable, mais vrai.


_
Ma note : 

★★★★
Très bon

_

« Elle était ma drogue. Elle me procurait du plaisir, avant de me plonger dans d’interminables phases de mal-être et de manque. »


_
Tomes de la saga  :

L’interphone ne fonctionne toujours pas, Partie 1
L’interphone ne fonctionne toujours pas, Partie 2

Publicités

3 réflexions sur “L’interphone ne fonctionne toujours pas, Partie 2 – Pierre-Etienne BRAM

  1. Pingback: Bilan Juin 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s