Les femmes ne viennent pas de Mars, mais elles y vont – Anneliese MacKintosh

Les-femmes-ne-viennent-pas-de-Mars-mais-elles-y-vont


Titre : Les femmes ne viennent pas de Mars, mais elles y vont
Auteur : Anneliese MacKintosh
Éditeur : Éditions Hauteville
Genre : Contemporain
Date de parution : 08 juillet 2020
Nombre de pages : 288
Lu en : Papier
Prix : 17.90€



Résumé :

Entre maternité et rêves personnels, l’équilibre est-il possible ?
À trente-sept ans, Solvig a toujours su ce qu’elle voulait. Mais quand James, son compagnon, lui propose de fonder une famille, elle se met à douter de ses choix de vie. Puis, elle apprend avec stupeur qu’elle fait partie des cent personnes présélectionnées pour le Mars Project, qui vise à envoyer les premiers humains sur Mars. Problème : il s’agit d’un aller simple ! Il lui faudrait donc quitter son travail, dire adieu à son père, et surtout à James. Va-t-elle se lancer dans cette folle aventure ? Et si oui, doit-elle lui dire la vérité ou poursuivre son projet en secret ? Que de questions qui restent sans réponse… Et le jour où Solvig découvre qu’elle est enceinte, elle sait qu’elle va devoir, très vite, faire un choix.


Mon avis :

Merci aux Éditions Hauteville pour cette lecture

J’attendais beaucoup de ce roman. J’ai été séduite par la couverture et j’ai trouvé le résumé très prometteur. Je m’attendais à découvrir une femme prise entre son envie de fonder une famille et son besoin de liberté. Si je n’ai pas eu de déception cela a tout de même été une lecture moyenne. Trop d’attente pour finalement ne rien avoir au bout. L’histoire se termine sur une fin plus qu’ouverte. En fin de compte, nous ne connaissons ni l’avenir des personnages ni les décisions, pourtant décisives, que l’héroïne va prendre. Cela ne serait pas trop gênant s’il y avait une suite, mais pour le moment, je n’ai entendu parler de rien.

Solvig a 37 ans, elle passe plus de temps au travail qu’à la maison. En effet, la plongée lui demande beaucoup de temps mais c’est une véritable passion pour elle. Elle est souvent en mission mais est soutenue à 100% par son mari James. C’est un homme gentil, attentionné, romantique et drôle. Il adore sa femme et pourrait remporter la palme du mari idéal. Le seul problème c’est qu’il souhaite des enfants et que Solvig n’est pas certaine de vouloir donner la vie. Ils vont pourtant se lancer dans ce projet. Les conditions de vie de Solvig ne sont pas optimales pour concevoir un enfant surtout quand elle ne pense qu’à une chose : aller sur Mars. Quand une campagne est réalisée pour trouver des volontaires pour aller sur la planète rouge, Solving n’hésite pas une seconde et postule.

J’ai été très déçu par le personnage principal, Solvig. Je ne l’ai pas compris et j’ai plus d’une fois détesté pour ses actes ou ses paroles. Elle agit de façon totalement déraisonnable et sans penser aux conséquences. En y réfléchissant, je la trouve très égoïste dans la vie et particulièrement dans son couple. Penser à ses envies, avoir de l’ambition, des rêves et un grand besoin de liberté, c’est totalement compréhensible mais pas au détriment de son conjoint, de ses amis, de sa famille et de ses engagements. L’ambiance du roman est originale et sympathique. Les thèmes abordés le sont tout autant. Rendre un voyage sur Mars accessible, il y a de quoi se laisser séduire ! Je m’attendais à une histoire percutante et du sensationnel. Malheureusement cela n’a pas été le cas. Le côté spectaculaire et insolite n’a pas été assez exploité à mon goût. Le début de l’histoire est vraiment prometteur. Nous découvrons la lutte intérieure de l’héroïne entre ses espoirs et ses aspirations. Mais très vite, son introspection vire au bizarre et aux décisions vraiment hasardeuse et hâtive. J’ai perçu le tout comme décalé et je n’ai pas été touché par ses problèmes. Je trouve également que le résumé en dit beaucoup trop sur l’histoire. Ce livre est assez court et se lit tout de même très rapidement. Malgré les univers de la plongée et du voyage dans l’espace, l’auteure n’alourdit pas son récit avec des termes techniques, au contraire, elle rend son histoire accessible à tous. La plume de l’auteure est fluide et entraînante. C’est LA bonne surprise de cette lecture. Ce roman n’a pas été une réussite avec moi, mais s’il vous tente, n’hésitez pas à vous faire votre propre avis !


Ma note :

★★★★★
Moyen

Une réflexion sur “Les femmes ne viennent pas de Mars, mais elles y vont – Anneliese MacKintosh

  1. Fifty Shades Darker dit :

    Je ne connais pas du tout, mais je pense passer mon chemin après la lecture de ta chronique… Ce n’est pas trop le genre de lecture que je peux apprécier :/

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s