10 questions à … Shealynn ROYAN

Biographie :

8917ff_9d1a133ba31b4f508dcc7b6537389d26-mv2.png_

_
Shealynn ROYAN, jeune auteure de 34 ans, écrit de la romance paranormale, c’est à dire des histoires d’amour dont les principaux protagonistes sont des créatures de l’imaginaire, le tout dans des univers fantastiques, Urban-fantasy ou encore dystopiques.

blog.png facebook-logo-rond-S.png fb_icon_325x325.png téléchargement (1).png téléchargement téléchargement.png

 

 


Ses livres :

 

Féerines – La trilogie

 

Mes chroniques :
Tome 1 – Sœurs de sève
Tome 2 – Frères de sang
Tome 3 – Enfants de la Terre (en cours d’écriture)

_

Mon voisin invisible, comédie romantique.

 

Ma chronique

_


Interview :

_

1. Comment as-tu su que tu voulais devenir écrivain ?

« Je pense que cela ne t’étonnera pas si je te dis que je suis accro aux livres depuis ma plus tendre enfance. Je suis tombée dans la littérature SFFF vers l’âge de huit ans, en lisant mon premier Stephen King que j’avais discrètement subtilisé à mon frère. J’ai trouvé ça (vraiment) effrayant et fascinant à la fois : j’étais happée. Je n’ai eu de cesse depuis de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages extraordinaires et c’est tout naturellement que j’ai eu envie d’écrire à mon tour. Je ne prétends pas avoir le quart du talent des auteurs que je lis, mais écrire est pour moi un besoin irrépressible. Et si je peux, par la même occasion, faire rêver quelques lecteurs alors je serais comblée. »

2. Quelles sont tes sources d’inspiration ?

« Pour Féerines en particulier, j’ai commencé à l’écrire il y a quelques années, à la suite d’un rêve qui m’a vraiment marquée. Le passage en italique à la page 87 (chapitre 6) en est une retranscription assez fidèle. Je crois d’ailleurs que ce sont les premiers mots que j’ai écrits au réveil ce matin-là (au moins en partie). »

Passage en italique de la page 87 :
« L’atmosphère printanière transportait des senteurs fleuries réchauffées par la douceur du soleil. Le chant apaisant de la rivière rythmait les pensées du doux rêveur assis sur le rocher. Les notes arrivèrent à ses oreilles, suites de triolets joyeux dansant dans les airs, semblant décrire des dizaines d’arabesques voluptueuses. Il tourna la tête pour voir d’où provenait le son, mais il était seul au fond de la vallée verdoyante. La mélodie venue de nulle part s’amplifia, donnant l’impression d’un cœur qui battait de plus en plus fort et de plus en plus vite. Les arabesques s’étiraient, s’élançant toujours plus haut dans le ciel, procurant une émotion intense de moins en moins contrôlable. Douceur et fougue se mélangeaient avec plaisir, emportant tout signe de solitude sur son passage… »

3. Dans quelles conditions écris-tu ? As-tu des rituels ?

« J’écris presque toujours l’après-midi, quelques fois le soir si je n’ai pas eu le temps plus tôt dans la journée ou si je suis partie sur ma lancée et que je n’ai pas envie de m’arrêter. Je préfère quand la maison est calme pour ne pas perdre le fil de mes pensées et si c’est trop bruyant, je m’isole en écoutant de la musique avec mon casque sur les oreilles. La musique peut aider aussi à se mettre dans l’ambiance pour certaines scènes. Je m’installe de préférence dans le canapé, ma tablette sur les genoux, avec mon chat à côté qui m’interrompt de temps en temps quand il est en manque de caresses. »

4. Que veux-tu transmettre à travers tes livres ?

« Je ne suis pas certaine de vouloir transmettre quelque chose en particulier à part un moment de divertissement. J’essaie de créer des histoires que les lecteurs voudraient vivre eux-mêmes et des personnages qu’ils aimeraient avoir comme ami. Il y a donc une certaine positivité, mais pas forcément de morale. Mes valeurs transparaissent dans les relations entre mes personnages, certainement. Le respect, la confiance en soi, la tolérance, les notions de bien et de mal (très présents dans la fantasy). Je crois que s’il fallait retenir une idée dans Féerines, c’est que rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Que la vie et les émotions sont faites d’un millier de nuances et qu’il faut autant que possible éviter de mettre les gens ou les choses dans des cases. »

5. Quels obstacles / difficultés rencontres-tu quand tu écris ?

« La plus grande difficulté, à mon sens, est d’avoir un récit cohérent et équilibré. C’est ce qui m’a le plus occupée sur le premier tome. Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas me souvenir de tout et encore moins tout relire à chaque fois que je souhaitais faire une correction, un ajout… Pour remédier à cela, par la suite, j’ai essayé de trouver une organisation efficace et j’utilise depuis peu le logiciel Scrivener qui n’aide pas mal à y voir clair. Je prépare la phase d’écriture le plus possible en amont. Cela passe par la création des personnages (des fiches complètes avec des tas de détails sur leur vie, qui parfois n’apparaissent jamais dans le livre), l’élaboration d’un plan global, puis de « scènes » qui vont s’étoffer pour devenir des chapitres entiers. Il faut quasiment tout prévoir avant de passer à l’écriture, mais c’est sans compter sur les personnages qui parfois s’en mêlent et chamboulent tout. »

6. Combien de temps as-tu mis pour écrire Féerines : Sœurs de sève, et combien de temps s’est écoulé entre l’écriture et la publication de ton livre ?

« J’ai mis à peu près 3 mois pour écrire le premier jet d’une histoire qui rassemblait un peu tout ce que j’aimais : des fées (ou presque) un beau brun aux yeux bleus, l’amour, la magie, la nature et la musique. La réécriture qui s’en est suivie a été assez laborieuse, car je n’avais pas d’expérience en tant qu’auteure, je tâtonnais pas mal. J’ai eu le bonheur ensuite de voir mon livre publié dans une petite maison d’édition, mais elle a fermé ses portes et mon roman est resté au fond d’un tiroir pendant près de 5 ans. Puis j’ai eu envie de lui donner une seconde vie, mais évidemment, j’ai réécrit une bonne partie, car j’avais pas mal évolué entre-temps. Je n’avais plus tout à fait envie des mêmes choses et surtout, je pensais à une suite possible. »

7. Pourquoi avoir choisi l’auto-édition ?

« Le choix de l’auto-édition s’est imposé à moi (facilitée par Amazon et Creatspace) car j’espère ainsi que l’histoire de Clément et des Féerines restera longtemps à portée des lecteurs et surtout, j’adore être en contact direct avec les personnes qui me lisent, avoir leur retour, c’est ce qu’il y a de plus gratifiant et qui me pousse à continuer à écrire. J’ai avant tout envie de partager mes histoires et de faire rêver un peu. »

8. La couverture de ton livre est sublime et c’est toi qui l’as réalisée, peux-tu nous en dire plus ?

« Merci, je suis ravie qu’elle te plaise ! Et oui, comme j’aime aussi le dessin et le graphisme, j’ai voulu réaliser la couverture moi-même. Je voulais qu’Ambre y apparaisse alors qu’elle n’est pas encore tout à fait transformée. Avec les arabesques qui commencent à se dessiner… Je voulais aussi quelque chose de très lumineux, car mon histoire n’est pas sombre comme pas mal de fantasy actuellement (ce n’est pas un reproche, j’aime aussi beaucoup cet aspect-là, notamment dans mes lectures) mais Ambre est quelqu’un de solaire et c’est en grande partie pour ça que Clément tombe amoureux d’elle. Le feuillage bleu, quant à lui, symbolise le pouvoir d’Ialon qui se matérialise sous la forme d’un halo bleuté. Je ne voulais pas que le tout fasse trop « fantastique », c’est pour ça qu’elle est assez sobre, car je pense que ça peut être une bonne première lecture pour des non-lecteurs de paranormal »

9. Y aura-t-il une suite à Féerines ?

« Oui : Néphilims – Frères de sang sera le tome 2. Il est actuellement en cours d’écriture et il réserve de nombreuses surprises. Le lecteur pourra en apprendre beaucoup plus sur les Féerines et découvrir un autre univers, celui d’Ombrosia, des Néphilims et des elfes noirs. J’y mets tout mon cœur, j’espère sincèrement qu’il plaira. »

10. Un petit mot pour la fin ?

« Je voudrais simplement te remercier de me donner la possibilité de m’exprimer sur ton blog, c’est très gentil. Et remercier aussi, et surtout, toutes les personnes qui se sont laissé tenter par la lecture de Féerines. J’espère qu’ils seront au rendez-vous pour Néphilims car c’est un grand bonheur pour moi de partager mon univers avec eux. »

_
Je remercie encore une fois Shea pour avoir répondu à mes questions, pour sa patience et m’avoir permis de découvrir ses magnifiques romans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s